tigrou-sait-tout.fr
Encephalite
Sante et Beaute

Encéphalite : définition, cause, symptômes, traitement

L’encéphalite est l’inflammation du tissu cérébral. Elle est le plus fréquemment provoquée par des infections virales, et rarement par des bactéries.

Il existe deux types principaux d’encéphalite : primaire et secondaire. Encéphalite primaire : quand un virus infecte directement le cerveau et la moelle épinière. Encéphalite secondaire : quand une infection commence dans une autre partie du corps et finit par atteindre le cerveau.

Cette maladie est rare. Selon les CDC (Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies), l’encéphalite atteint une personne sur deux millions. Elle affecte essentiellement les jeunes enfants, les personnes âgées de plus de 65 ans et les patients immunodéficients.

Bien que rare, cette maladie est très grave ; les cas les plus sévères pouvant entraîner la mort. Si vous présentez des symptômes de l’encéphalite, consultez un médecin.

Causes

De nombreux virus différents peuvent provoquer l’encéphalite. Il est utile de classer les causes potentielles en trois catégories : les virus communs, les virus de l’enfance et les arbovirus.

Virus communs

Le virus le plus commun qui provoque l’encéphalite est l’herpès simplex. Celui-ci se déplace généralement par le biais d’un nerf jusqu’à la peau. Là, il provoque un bouton de fièvre. Dans de rares cas, le virus atteint le cerveau. Cette forme d’encéphalite, dite herpétique, affecte souvent le lobe temporal – la partie du cerveau qui contrôle la mémoire et la parole. Elle peut aussi affecter le lobe frontal – qui affecte les émotions et le comportement. L’encéphalite herpétique peut provoquer de sérieux dommages.

Autres virus communs susceptibles de causer l’encéphalite :

  • oreillons
  • virus d’Epstein-Barr
  • VIH
  • cytomégalovirus (CMV)

Virus de l’enfance

Les virus de l’enfance qui jadis provoquaient souvent l’encéphalite sont maintenant évitables à l’aide de vaccins. Par conséquent, ces types d’encéphalite sont rares.

Voici quelques exemples de ces virus :

  • Varicelle (très rare)
  • Rougeole. Selon le site BBC Health, la rougeole provoque l’encéphalite environ une fois sur mille. Dans la plupart des cas, la maladie est peu grave. Cependant, 20 % des patients affectés souffriront à long terme de lésions des nerfs. Jusqu’à 10 % des cas sont mortels (BBC, 2011).
  • Rubéole. Environ un patient rubéoleux sur 5 000 développe l’encéphalite. L’encéphalite rubéoleuse est fatale jusqu’à dans 20 % des cas (BBC, 2011).

Arbovirus

Les arbovirus sont transportés par des insectes. La maladie qu’ils provoquent dépend du type d’insecte concerné et des virus qu’il transporte.

  • L’encéphalite de Californie est transmise par des piqûres de moustique. Le virus de la Crosse en est le plus souvent responsable. Elle affecte essentiellement les enfants et est accompagnée de peu de symptômes ou asymptomatique.
  • Aux États-Unis, l’encéphalite de Saint-Louis est présente dans le Midwest rural et dans les États du Sud. Elle est généralement bénigne. Cependant, chez les personnes qui en souffrent âgées de plus de 60 ans, le taux de mortalité est de 30 %.
  • L’encéphalite du Nil occidental est le plus souvent présente en Afrique et au Moyen-Orient. Cependant, elle peut se produire aux États-Unis. Elle est en général relativement peu sévère. Elle peut être mortelle chez les personnes âgées et les patients immunodéprimés.
  • L’encéphalite du Colorado est aussi appelée la fièvre à tiques du Colorado. Elle est transmise par la tique Dermacentor andersoni femelle.
  • L’encéphalite équine de l’Est se propage par l’intermédiaire de moustiques. Elle affecte l’humain et le cheval. Elle est souvent peu grave, mais a quand-même un taux de mortalité de 2 %.
  • La maladie de la forêt de Kyasanur est transmise par morsures de tiques. Elle peut aussi être contractée en buvant du lait cru de chèvre, de brebis ou de vache. Son taux de mortalité est de 1 à 2 % Les personnes les plus exposées sont les chasseurs, les campeurs, les travailleurs forestiers et les agriculteurs.

Risques

Les personnes qui courent le plus grand risque d’encéphalite sont :

  • les personnes âgées
  • les enfants âgés de moins d’un an
  • les patients immunodéprimés

Vous risquez aussi d’y être exposé si vous habitez dans une région à populations élevées de moustiques et de tiques. Il en est de même si vous participez à des activités en plein air quand il y a des insectes.

C’est en été ou en automne que vous courrez le plus grand risque de contracter l’encéphalite par morsure d’insecte.

Symptômes

Les symptômes de l’encéphalite varient de légers à graves. Chaque type peut avoir son propre éventail de symptômes.

Parmi les symptômes légers, notons les suivants :

  • fièvre
  • maux de tête
  • raideur du cou
  • léthargie
  • sensation générale de malaise
  • mal de tête qui empire
  • vomissements

Parmi les symptômes graves, notons les suivants :

  • très forte fièvre
  • confusion
  • somnolence
  • hallucinations
  • lenteur des mouvements
  • coma
  • crises d’épilepsie
  • irritabilité
  • sensibilité à la lumière
  • perte de conscience
  • démence sévère

Les symptômes chez l’enfant très jeune sont différents. Si vous remarquez les symptômes suivants, contactez un médecin dès que possible :

  • vomissements
  • fontanelle (espace mou dans le cuir chevelu) protubérante
  • pleurs incessants
  • raideur corporelle
  • manque d’appétit

Diagnostic

Le médecin vous posera d’abord des questions sur vos symptômes. S’il soupçonne l’encéphalite, il pourra prescrire les examens suivants :

Ponction lombaire (rachicentèse)

Lors de cet examen, le médecin recueillera un échantillon de liquide rachidien qui sera testé pour détecter tout signe d’infection.

Imagerie cérébrale par TDM ou IRM

Ces examens détectent des changements dans la structure du cerveau. Ils peuvent exclurent d’autres explications possibles pour les symptômes, comme une tumeur ou un accident vasculaire cérébral.

Électroencéphalogramme (EEG)

Un EEG se fait à l’aide d’électrodes fixées sur le cuir chevelu pour enregistrer l’activité cérébrale.

Analyses de sang

Les analyses de sang peuvent révéler les signes d’une infection virale.

Biopsie cérébrale

Lors d’une biopsie cérébrale, le médecin retire de petits échantillons de cerveau qui seront testés pour détecter toute infection. Ce test est rarement réalisé. Il existe un risque élevé d’effets secondaires. Il n’est habituellement utilisé que lorsque les médecins sont incapables de déterminer la cause d’un œdème cérébral et que les traitements ont échoué.

Traitement

Les médicaments antiviraux sont efficaces pour le traitement de l’encéphalite herpétique. Cependant il n’a pas été démontré qu’ils le sont pour d’autres formes d’encéphalite. Au lieu de cela, le traitement est axé sur le soulagement des symptômes au moyen de :

  • analgésiques
  • corticostéroïdes (pour réduire l’inflammation cérébrale)
  • ventilation artificielle, ou traitements respiratoires
  • toilette à l’éponge imbibée d’eau tiède
  • antispasmodiques
  • sédatifs (pour combattre les crises, l’agitation, l’agressivité et l’irritabilité)
  • repos
  • liquides (parfois nécessaire de les introduire par voie intraveineuse)

Quelquefois, il faut hospitaliser le patient pour contrôler l’œdème cérébral et les crises d’épilepsie.

Complications

La plupart des patients atteints d’une encéphalite grave présenteront au moins une complication. Notamment :

  • perte de mémoire
  • changements de comportement ou de personnalité
  • problèmes de langage et d’élocution
  • épilepsie
  • fatigue
  • faiblesse
  • déficience intellectuelle
  • perte de coordination musculaire
  • problèmes de vision
  • problèmes d’ouïe
  • troubles de l’élocution
  • paralysie
  • fatigue
  • coma
  • insuffisance respiratoire
  • décès

Les complications sont susceptibles de se développer davantage chez certains groupes de personnes. Notamment :

  • les personnes âgées
  • les patients présentant des symptômes du coma
  • les personnes qui n’ont pas été traitées immédiatement

Pronostic

Le pronostic dépend de la gravité de l’inflammation. Les cas peu sévères disparaissent en quelques jours. Les cas graves peuvent prendre des semaines, voire des mois, avant de s’améliorer. Certains peuvent provoquer des troubles cérébraux permanents. Symptômes possibles :

  • incapacité
  • perte de fonction cérébrale
  • problèmes de mémoire, d’élocution, de comportement et d’équilibre

Selon le site BBC Health, le traitement peut inclure :

  • physiothérapie : pour améliorer la force, la coordination motrice, l’équilibre et la flexibilité
  • ergothérapie : pour aider à rétablir les compétences de la vie quotidienne
  • orthophonie : pour aider à regagner le contrôle musculaire nécessaire à la parole
  • psychothérapie : pour aider à mettre en œuvre des stratégies d’adaptation ou des changements personnels ou combattre des troubles de l’humeur (BBC, 2011).

Prévention

Seuls certains cas d’encéphalite sont évitables. Quelques moyens efficaces de réduire le risque d’encéphalite :

  • s’assurer que certains enfants reçoivent tous les vaccins prévus
  • se faire vacciner contre l’encéphalite, le cas échéant
  • toujours utiliser un anti-moustique quand vous sortez
  • porter des manches longues et des pantalons dans les régions infestées de tiques et de moustiques
  • éviter d’avoir de l’eau stagnante près de chez soi

D'autres articles

Maladie de Parkinson : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

L’épilepsie convulsive généralisée (crises généralisées) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Ablation chirurgicale de la glande parathyroïde : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Néoplasmes vaginaux (tumeurs et cancer du vagin) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Cancer du cerveau : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Reconstruction du ligament croisé antérieur du genou : définition, cause, symptômes, traitement

Irene