tigrou-sait-tout.fr
crises d'angoisse
Sante et Beaute

Crises : définition, cause, symptômes, traitement

Les crises sont des changements dans l’activité électrique du cerveau. Il peut en résulter des symptômes extrêmement frappants et remarquables, voire pas de symptômes du tout. Les symptômes d’une crise grave sont le plus souvent faciles à reconnaître, y compris des tremblements violents et une perte de contrôle. Les crises légères peuvent également signaler un problème médical important. Il est donc essentiel de bien les repérer. Certaines crises étant susceptibles de conduire à des lésions ou de faire apparaître une pathologie sous-jacente, il est important de s’efforcer de les traiter.

Types

Il existe divers types de crises. Les crises non épileptiques en sont un exemple. Elles découlent d’une lésion. Il peut s’agir par exemple d’un choc crânien ou d’une maladie. Une fois cette pathologie traitée, les crises disparaissent.

Les crises partielles sont associées à l’épilepsie, une pathologie entraînant des crises répétées. Ce type de crise ne se produit que d’un côté du cerveau. En conséquence, un seul côté du corps est affecté au cours d’une crise. Les crises partielles incluent notamment les crises focales, épileptiques (Jacksoniennes), ainsi que complexes, psychomotrices, du lobe temporal.

Les crises généralisées interviennent dans les deux hémisphères du cerveau. Ce type de crise affecte les deux côtés du corps. Il s’agit notamment de la crise de grand mal ou tonico-clonique, qui est associée à l’épilepsie.

Les crises de petit mal sont un autre exemple d’attaque généralisée. Également désignées crises d’absence , ces crises présentent peu de symptômes physiques. La personne se met simplement soudain à fixer un point dans l’espace pendant plusieurs secondes. Il n’est pas possible de capter son attention pendant ce temps.

Symptômes

Vous pouvez subir simultanément des crises partielles et généralisées, ou bien l’une peut précéder l’autre. La durée des symptômes peut aller de quelques secondes à 15 minutes par épisode.

Un certain nombre de crises interviennent avec des signaux avertisseurs avant que la crise n’intervienne. Il s’agit notamment :

  • de sentiments soudains de crainte ou d’anxiété ;
  • de maux d’estomac ;
  • de vertiges.
  • de changements dans la vision.

Les symptômes de crise (indiqués ci-après), interviennent après ces symptômes et signalent une crise en cours :

  • perte soudaine et complète du sens du temps, suivie de confusion ;
  • spasmes musculaires incontrôlables ;
  • bavements ou écume à la bouche ;
  • chutes ;
  • présence d’un goût étrange dans la bouche ;
  • dents serrées ;
  • mouvements des yeux rapides et soudains ;
  • production de bruits inhabituels (grognements, par exemple) ;
  • perte de contrôle de la vessie ou des fonctions intestinales ;
  • sautes d’humeur.

Causes

Les crises peuvent provenir d’un certain nombre de pathologies. Tout ce qui affecte le corps peut également perturber le cerveau et conduire à une crise. Exemples :

  • sevrage alcoolique ;
  • morsures et/ou piqûres ;
  • infection cérébrale (méningite, par exemple) ;
  • lésion cérébrale à la naissance ;
  • malformation cérébrale de naissance ;
  • suffocation ;
  • toxicomanie ;
  • sevrage de drogue ;
  • déséquilibre des électrolytes ;
  • choc électrique ;
  • épilepsie.
  • hypertension très élevée ;
  • fièvre ;
  • traumatisme crânien ;
  • défaillance rénale ou hépatique ;
  • taux faibles de glucose dans le sang.
  • accident vasculaire cérébral ;

Les crises peuvent se transmettre d’une génération à l’autre. Indiquez à votre médecin si vous-même ou une personne de votre famille présente des antécédents familiaux de crise.

Dans certains cas, surtout chez les jeunes enfants, la crise peut ne pas avoir de cause connue.

Effets

Effets

À défaut de traitement, les crises peuvent s’aggraver du point de vue des symptômes et leur durée peut se prolonger progressivement.

Les crises extrêmement longues peuvent conduire à un coma ou à un décès.

En cas de convulsions, les crises peuvent entraîner des lésions dues à des chutes ou à un traumatisme corporel. De ce fait, il est important que les personnes atteintes d’épilepsie portent un identifiant médical qui va aider les personnels d’intervention en urgence à identifier la personne.

Toute personne affectée par des crises de ce type doit également prévenir son entourage (famille et amis) sur les soins à dispenser en cas de crise. Il s’agit notamment de réduire le risque d’accident en plaçant un oreiller ou coussin sous la tête, de desserrer les vêtements étroits si nécessaire, et de placer la personne sur le côté en cas de vomissements.

Diagnostic

Il est possible que les médecins aient du mal à diagnostiquer les types de crise. Votre médecin pourra suggérer de multiples tests qui permettront d’établir un diagnostic exact de la crise qui va donner lieu à des recommandations de traitement efficace.

Votre médecin envisagera vos antécédents médicaux complets, ainsi que les événements qui ont conduit à la crise. Des pathologies telles que les maux de têtes migraineux, les troubles du sommeil, ainsi qu’un stress psychologique extrême, par exemple, peuvent provoquer des symptômes de type crise.

Les analyses de laboratoire pourront contribuer à exclure d’autres pathologies susceptibles de provoquer une activité de type crise. Il s’agit notamment des suivants :

  • des analyses de sang afin de repérer un éventuel déséquilibre des électrolytes ;
  • une ponction lombaire (rachicentèse) pour exclure une infection ;
  • un dépistage toxicologique afin de repérer la présence éventuelle de drogues, poisons, ou toxines.

Une électroencéphalographie ou test EEG peut aider un médecin à diagnostiquer une crise. Ces tests mesurent vos ondes cérébrales. La visualisation d’ondes cérébrales pendant une crise peut aider le médecin à diagnostiquer le type de crise.

Des imageries par scanner (tomographie assistée par ordinateur ou imagerie par résonance magnétique (IRM)) pourra également contribuer à fournir une image claire du cerveau qui va permettre au médecin de repérer des anomalies telles qu’une tumeur ou un blocage du flux sanguin.

Prévention

Dans la plupart des cas, la crise ne peut pas être évitée. Cependant, un style de vie sain pourra vous fournir les meilleures chances d’en réduire le risque. Il s’agira notamment de veiller à bien dormir, d’avoir un régime alimentaire sain, ainsi qu’à pratiquer un exercice régulier.

La pratique de techniques de réduction du stress peut contribuer à réduire les crises. Il est également conseillé d’éviter de prendre des drogues illégales.

Si vous suivez un traitement pour l’épilepsie ou pour d’autres pathologies, veillez à prendre vos médicaments en respectant la prescription afin d’éviter les crises.

Traitement

La zone autour d’une personne doit être débarrassée lors d’une crise afin d’éviter un risque d’accident. La personne devra être placée sur le côté, la tête posée sur un coussin.

Restez auprès de cette personne et contactez les services d’urgence dès que possible si la crise dure plus de deux à cinq minutes, si la personne ne se réveille pas après une crise, ou si il ou elle subit des crises répétées.

Les traitements des crises varient en fonction de leur cause. En traitant la cause de ces crises, il sera éventuellement possible de prévenir leur future occurrence.

Si les crises sont dues à l’épilepsie, les traitements incluent :

  • des traitements médicamenteux ;
  • un intervention chirurgicale pour corriger une éventuelle anomalie cérébrale ;
  • une stimulation nerveuse ;
  • un régime spécial, dit cétogénique .

Avec un traitement régulier, les personnes atteintes d’épilepsie peuvent voir leur symptômes s’atténuer, voire cesser.

D'autres articles

Reconstruction du ligament croisé antérieur du genou : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Remplacement de l’articulation du genou : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Infection fongique (champignons) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Qu’est-ce que le décollement prématuré du placenta et pour quelles raisons faut-il s’en soucier ?

Irene

Traitements de l’arthrose : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Rééducation après un AVC : définition, cause, symptômes, traitement

Irene