tigrou-sait-tout.fr
Cesarienne
Sante et Beaute

Césarienne : définition, cause, symptômes, traitement

Une césarienne est une intervention chirurgicale visant à extraire un enfant de l’utérus par incision. Il s’agit d’une incision de l’abdomen de la mère et d’une autre incision au niveau de l’utérus.

C’est une procédure courante qui est utilisée pour l’accouchement d’environ un bébé sur trois aux États-Unis, conformément aux directives des Centers for Disease Control and Prevention (Hamilton et Menacker, 2010).

Les césariennes sont généralement évitées avant les 39 premières semaines de grossesse pour que l’enfant ait le temps de se développer correctement dans le ventre. Mais en cas de complications, il se peut quelquefois qu’une césarienne soit effectuée avant la 39ème semaine.

Une césarienne est généralement effectuée lorsque des complications interviennent et rendent l’accouchement vaginal traditionnel difficile, ou si la mère ou l’enfant court un risque quelconque. Elle peut être prévue à l’avance, mais elle est souvent effectuée lorsque des complications surviennent pendant l’accouchement traditionnel.

Exemples de raisons qui justifient une césarienne :

  • le développement du bébé n’est pas normal
  • la tête du bébé est trop grosse pour passer par les voies naturelles
  • accouchement du siège, si le bébé présente les pieds en premier
  • complications en début de grossesse
  • problèmes de santé de la mère, par exemple : hypertension artérielle ou cardiopathie instable
  • cas d’herpes génital actif chez la mère pouvant être transmis au bébé
  • accouchement antérieur par césarienne
  • problèmes liés au placenta, par exemple : rupture placentaire ou placenta previa
  • problèmes liés au cordon ombilical
  • alimentation réduite en oxygène vers le bébé
  • stagnation de la dilatation du col
  • présentation transverse, le bébé se présente les épaules en premier

Certaines mères préfèrent la césarienne pour leur premier enfant afin d’éviter les contractions et les douleurs associées, ou pour éviter les complications éventuelles.

Bien que la césarienne soit un type d’accouchement assez répandu actuellement, elle est toujours considérée comme une intervention chirurgicale qui est loin d’être anodine et qui présente des risques à la fois pour la mère et pour l’enfant. Exemples de risques liés à la césarienne :

  • saignement
  • caillots
  • problèmes respiratoires pour l’enfant, en particulier si la césarienne est effectuée avant la 39ème semaine de grossesse
  • risques accrus pour les grossesses futures
  • infection
  • blessure de l’enfant pendant l’intervention
  • période de convalescence plus longue par rapport à un accouchement vaginal
  • plaie chirurgicale au niveau d’autres organes

Avant la date d’accouchement prévue, discutez des possibilités que vous avez à votre disposition avec votre médecin afin de déterminer si vous ou votre bébé présentez de quelconques signes qui pourraient induire la nécessité d’une césarienne.

Si vous décidez ou si votre médecin décide qu’une césarienne est la meilleure option pour vous pour l’accouchement, votre médecin vous donnera des instructions précises sur ce que vous devez faire pour réduire le risque de survenance de toutes complications et pour que la césarienne se passe bien.

Comme pour toutes les grossesses, vous aurez des visites prénatales qui impliqueront de nombreux examens, y compris des prises de sang et autres contrôles pour déterminer si votre état de santé permet une césarienne ou non. Ces prises de sang révéleront votre groupe sanguin si jamais vous avez besoin d’une transfusion sanguine pendant la procédure. Bien ce que ceci soit rare, votre médecin doit être prêt à vous faire une transfusion sanguine afin de garantir la sécurité de la mère et de l’enfant.

Même si vous ne prévoyez pas d’accoucher par césarienne vous devez toujours vous préparer à tous les cas de figure. Lors des visites prénatales chez votre médecin, discutez des facteurs de risque liés à une césarienne et de ce que vous pouvez faire pour les réduire. Veillez à bien poser toutes les questions qui vous préoccupent et à y trouver des réponses, en particulier sur ce qui pourrait se passer si vous aviez une césarienne d’urgence avant votre date d’accouchement prévue.

En raison de la longueur de la période de convalescence après une césarienne par rapport à un accouchement vaginal, il vous sera nécessaire de vous arranger pour avoir une aide à la maison à votre retour. Vous devrez non seulement vous remettre de l’intervention chirurgicale, mais également vous occuper de votre bébé qui demandera beaucoup d’attention.

Avant l’intervention, votre abdomen sera nettoyé et vous serez préparée vous recevoir des fluides par perfusion intraveineuse dans votre bras. Ceci permet aux médecins d’administrer des fluides, ainsi que tout type de médicaments pouvant être nécessaire.

Il existe trois types d’anesthésies pour les mères :

  • rachianesthésie : anesthésie injectée directement dans le liquide céphalorachidien, à travers l’espace intervertébral de deux vertèbres lombaires, insensibilisant temporairement la partie basse du tronc et les membres inférieurs
  • péridurale : anesthésie courante pour les accouchements vaginaux et par césarienne qui consiste à introduire un cathéter au niveau des lombaires sous la moelle épinière
  • anesthésie générale : acte médical dont l’objectif principal est la suspension temporaire et réversible de la conscience et de la sensibilité douloureuse, généralement réservée aux cas d’urgence

Lorsque vous avez reçu les médicaments appropriés et que les membres concernés sont endormis, votre médecin fera une incision sus-pubienne. Elle est généralement horizontale et suit le bassin. Plus tard, la cicatrice pourra facilement être dissimulée, même si vous êtes en maillot de bain par exemple.

En cas d’urgence, l’incision peut être verticale.

Une fois l’incision effectuée et l’utérus exposé, votre médecin effectuera une incision dans l’utérus. Ne vous en faites pas : cette zone sera couverte pendant la procédure pour que vous ne puissiez rien voir ou sentir. Le type d’incision dépend de la position du fœtus avant la naissance, et il est déterminé de manière à éviter qu’un mal quelconque ne lui soit fait.

Lorsque l’incision est effectuée, le médecin fera sortir le bébé de votre utérus. Et en quelques secondes, vous ne serez plus femme enceinte, mais mère. Félicitations !

Votre médecin s’occupera de votre bébé pour lui nettoyer le nez et la bouche afin d’éliminer les fluides et de couper le cordon ombilical. Le personnel hospitalier prendra ensuite soin de l’enfant jusqu’à ce qu’il ou elle puisse être posé(e) dans vos bras.

Pendant ce temps, votre médecin recoudra votre utérus et refermera l’incision abdominale à l’aide de points de suture.

La procédure prend généralement environ une heure.

Après une césarienne, votre nouveau-né et vous-même resterez à l’hôpital environ trois jours. Immédiatement après l’intervention, vous resterez sous intraveineuse. Ceci permet d’administrer des analgésiques suffisants dans votre sang pour atténuer les effets du réveil après l’anesthésie.

Votre médecin vous encouragera à vous lever et à marcher un peu. Ceci peut aider à éviter les caillots de sang et la constipation. Un infirmier/une infirmière ou un médecin pourra vous apprendre la position pour allaiter votre enfant pour ne pas avoir de douleur au niveau de l’incision effectuée pendant la césarienne.

Lorsque vous rentrerez chez vous, la Mayo Clinic vous recommande ce qui suit :

  • Reposez-vous, surtout pendant les premières semaines.
  • Tenez-vous correctement pour aider votre abdomen à se reconstruire.
  • Buvez beaucoup pour reconstituer les réserves que vous avez perdues pendant la césarienne.
  • Évitez les rapports sexuels pendant quatre à six semaines.
  • Prenez des analgésiques si nécessaire.
  • Demandez de l’aide si vous ressentez les effets de la dépression post-partum, qui se traduisent par exemple par des sautes d’humeur extrêmes ou une fatigue intense.

Contactez votre médecin si vous présentez les symptômes suivants :

  • douleurs au niveau de la poitrine accompagnées de fièvre
  • pertes vaginales nauséabondes ou saignements accompagnés de caillots importants
  • douleurs pendant l’urination
  • signes d’infection – par exemple, fièvre de plus de 100 degrés F, rougeurs, gonflements ou sécrétions au niveau de l’incision

D'autres articles

La maladie cœliaque (intolérance au gluten) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Toxoplasmose : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Syndrome de Wernicke-Korsakoff : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Infection fongique (champignons) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Quelles sont les meilleures techniques pour une greffe de cheveux ?

administrateur

Pourquoi utiliser la crème de bave d’escargot en soins du visage ?

Tamby