tigrou-sait-tout.fr
Dérivation ventriculo-péritonéale
Sante et Beaute

Dérivation ventriculo-péritonéale : définition, cause, symptômes, traitement

Une dérivation ventriculo-péritonéale (DVP) est un dispositif utilisé pour soulager la pression sur le cerveau créée par l’accumulation de liquide. La dérivation VP est une intervention chirurgicale principalement utilisée pour traiter une pathologie appelée hydrocéphalie, qui survient lorsqu’une quantité excessive de liquide cérébrospinal s’accumule dans les ventricules du cerveau. Le liquide cérébrospinal protège votre cerveau en faisant tampon entre celui-ci et le crâne. Le liquide apporte les nutriments dont le cerveau a besoin et élimine également les déchets. Normalement, le liquide cérébrospinal circule dans ces ventricules jusqu’à la base du cerveau. Le liquide recouvre ensuite le cerveau et la moelle épinière avant d’être réabsorbé dans le sang. Lorsque cette circulation normale est perturbée, l’accumulation de liquide peut créer une pression dangereuse sur les tissus du cerveau, qui peut endommager celui-ci. Des cathéters ventriculaires sont insérés par intervention chirurgicale dans l’un des ventricules du cerveau pour détourner le liquide du cerveau et restaurer la circulation normale et l’absorption de liquide cérébrospinal.

Causes

On peut développer une hydrocéphalie à n’importe quel âge et avoir besoin d’une dérivation ventriculo-péritonéale. Toutefois, selon la clinique Mayo, l’hydrocéphalie est surtout répandue chez les bébés et chez les adultes âgés. (Clinique Mayo, 2011) Le National Institute for Neurological Disorders and Stroke (NINDS) estime qu’un enfant sur 500 est affecté par l’hydrocéphalie. (NINDS, 2011)

L’excès de liquide peut s’accumuler autour du cerveau pour diverses raisons, notamment :

  • surproduction de liquide cérébrospinal
  • absorption médiocre du liquide cérébrospinal par les vaisseaux sanguins
  • blocages empêchant le liquide de circuler à travers le cerveau

Les blocages sont la cause la plus courante de l’hydrocéphalie. Les kystes, les tumeurs ou l’inflammation du cerveau peuvent empêcher la circulation normale du liquide cérébrospinal, ce qui créé une accumulation dangereuse. Les symptômes de l’hydrocéphalie peuvent inclure :

  • macrocéphalie (volume de la tête anormalement élevé)
  • maux de tête
  • crises de type épileptique
  • irritabilité
  • perte des compétences précédemment acquises
  • incontinence
  • manque d’appétit
  • retard cognitif ou régression cognitive
  • perte de mémoire
  • mauvaise coordination
  • troubles de la vision

Le diagnostic d’hydrocéphalie peut être confirmé au moyen de tests d’imagerie. L’échographie, la tomodensitométrie (TDM) et l’imagerie à résonance magnétique (IRM) sont des outils utilisés pour examiner les cavités et les tissus du cerveau. Les examens montreront si des zones du cerveau sont remplies d’une quantité de liquide supérieure à la normale.

Interventions

L’implantation d’une dérivation ventriculo-péritonéale s’effectue sous anesthésie générale. Vous serez endormi durant l’intervention chirurgicale et ne ressentirez aucune douleur. La procédure prend environ 90 minutes en tout.

Parlez à votre équipe de soins médicaux au sujet des restrictions concernant les aliments et les boissons avant l’opération. Les enfants qui sont déjà assez grands et les adultes doivent généralement jeûner pendant au moins huit heures avant l’intervention. Les bébés et les enfants en bas âge peuvent uniquement arrêter de boire du lait et des solides six heures avant l’intervention, mais ils peuvent généralement continuer à boire de l’eau jusqu’à quatre heures avant l’intervention prévue.

Les cheveux derrière l’oreille devront être rasés en préparation de la dérivation, étant donné que c’est la zone par laquelle les cathéters seront insérés Les cathéters sont des tubes fins et souples utilisés pour drainer le liquide excédentaire. Un chirurgien pratiquera une très petite incision derrière l’oreille et devra également percer un petit trou dans la boîte crânienne. Un cathéter sera inséré dans le cerveau par le biais de cette ouverture. L’autre cathéter est sous-cutané, ce qui signifie qu’il est placé sous la peau derrière l’oreille. Ce tube serpente jusqu’à la poitrine et dans l’abdomen, permettant au liquide cérébrospinal de se drainer dans la cavité abdominale, où le corps l’absorbe. Le chirurgien attachera une pompe minuscule aux deux cathéters qu’il placera sous la peau derrière l’oreille. La pompe s’activera automatiquement pour retirer le liquide lorsque la pression dans le cerveau augmentera. La pompe, également appelée valve, peut-être programmable de façon à s’activer lorsque le liquide augmente jusqu’à un volume prédéterminé.

Rétablissement

Le rétablissement suite à une dérivation ventriculo-péritonéale prend de trois à quatre jours. La plupart des gens peuvent quitter l’hôpital dans les sept jours suivant l’intervention. Selon les National Institutes of Health (NIH) des États-Unis, les enfants qui subissent une dérivation ventriculo-péritonéale doivent rester allongés pendant 24 heures après l’implantation initiale de la dérivation. Au bout de 24 heures, ils pourront s’asseoir et se déplacer doucement. (NIH, 2010)

Durant l’hospitalisation, votre fréquence cardiaque et votre tension artérielle seront fréquemment surveillées, et votre médecin vous administrera des antibiotiques à titre préventif. Le médecin s’assurera que la dérivation fonctionne correctement avant de vous laisser rentrer chez vous.

Risques

L’implantation d’une dérivation est une intervention très sûre. Toutefois, des problèmes peuvent survenir durant l’intervention ou après celle-ci. Les risques associés à n’importe quelle intervention chirurgicale incluent l’hémorragie et l’infection. Il est possible que vous ressentiez des effets indésirables suite à l’anesthésie, tels que des troubles respiratoires, des changements dans la fréquence cardiaque ou des changements dans votre tension artérielle.

Il existe des risques rares spécifiques à la dérivation ventriculo-péritonéale qui peuvent être graves et potentiellement mortels s’ils ne sont pas traités, notamment :

  • infection dans la dérivation ou le cerveau
  • caillots sanguins
  • hémorragie cérébrale
  • lésion des tissus cérébraux
  • œdème cérébral

Une fièvre, des maux de tête, une douleur abdominale, une fatigue et une pointe dans la tension artérielle peuvent indiquer une infection ou un dysfonctionnement de la dérivation. Prévenez immédiatement votre médecin si ces signes et symptômes se développent. Selon la Pritzker School of Medicine de l’Université de Chicago (UCPSM), l’infection est la plus courante dans les premières semaines suivant l’implantation d’une dérivation. (UCPSM)

Pronostic

La dérivation permet de réduire la pression dans le cerveau chez la plupart des gens. Les dérivations ventriculo-péritonéales ont des chances de devoir être remplacées après plusieurs années, surtout chez les jeunes enfants. La durée de vie moyenne d’une dérivation chez un bébé est de deux ans. Les adultes et les enfants de plus de deux ans peuvent ne pas nécessiter de remplacement d’une dérivation pendant huit ans ou plus. Les systèmes de dérivation exigent une surveillance et un suivi fréquents. Les complications qui peuvent intervenir avec les systèmes de dérivation incluent :

  • défaillance mécanique
  • obstructions
  • infections
  • le cathéter peut avoir besoin d’être rallongé ou remplacé

Ces dysfonctionnements peuvent entraîner des complications médicales graves, telles qu’un drainage excessif ou insuffisant du liquide cérébrospinal. Un drainage excessif intervient lorsque que le liquide cérébrospinal est drainé des ventricules à un taux plus rapide que sa production. Cela peut entraîner un effondrement des ventricules, qui peut causer des maux de tête ou une hémorragie à l’intérieur du cerveau. Le drainage insuffisant du liquide cérébrospinal entraîne une accumulation de celui-ci sur le cerveau et peut provoquer le retour des symptômes d’hydrocéphalie. Consultez immédiatement un médecin si vous avez des symptômes indiquant que votre système de dérivation ne fonctionne pas correctement.

D'autres articles

Obtenir de l’aide pour une dépendance à l’alcool

Irene

Quelles sont les personnes qui ne doivent pas se faire vacciner et pourquoi ?

Irene

Maladie de l’artère carotide (ou  » artériopathie carotidienne « , autrement désignée  » sténose carotidienne « )

Irene

Reconstruction du ligament croisé antérieur du genou : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Cancer du cerveau : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Dépression – présentation générale : définition, cause, symptômes, traitement

Irene