tigrou-sait-tout.fr
Traitements de l'arthrose
Sante et Beaute

Traitements de l’arthrose : définition, cause, symptômes, traitement

Le meilleur traitement pour vous dépend de vos caractéristiques individuelles et de la gravité de la pathologie au moment du diagnostic. Un traitement débute d’ordinaire par une action douce et non invasive, et peut évoluer jusqu’à un traitement invasif lorsque les symptômes ne sont pas contrôlés par les mesures initiales.

Mode de vie

Des modifications élémentaires de vos habitudes de vie peuvent vous aider à gérer vos symptômes.

Activité physique

Un style de vie plus actif peut vous aider à préserver la santé de vos articulations, à soulager la raideur, à réduire la douleur et la fatigue, et à accroître la force musculaire et la solidité osseuse. Les spécialistes de l’arthrite recommandent l’exercice doux, et notamment l’aérobic, la musculation et les assouplissements.

Régime alimentaire

La consommation d’aliments peu gras et de céréales, fruits et légumes riches en fibres va optimiser l’alimentation. Un régime alimentaire sain peut conduire à une perte de poids qui contribuera à minimiser les symptômes d’arthrose en réduisant le stress auquel sont soumises les articulations, ainsi que l’inflammation systémique causée par l’excédent de poids.

Repos

Assurez-vous que vos périodes de repos sont suffisantes (huit à 10 heures par nuit sont idéales). Il est avéré que, dans de nombreuses pathologies, la fatigue accroissait la douleur.

Chaleur/froid

Aussi bien la chaleur que le froid peut être utile pour déterminer si les symptômes de l’arthrose sont présents. De la glace (mais un sac de légumes surgelés fait aussi bien l’affaire) enveloppée dans une serviette et appliquée sur la zone douloureuse durant 20 minutes contribue à réduire le flux sanguin, ce qui limite le fluide dans les tissus, l’enflure et la douleur locale. Vous pouvez répéter cette opération deux à trois fois par jour.

Vous pouvez faire la même chose, par période de 20 minutes, avec une bouillote d’eau chaude ou un coussin chauffant (vous trouverez les deux dans votre pharmacie). La chaleur dilate les vaisseaux et stimule la circulation, apportant des protéines et nutriments essentiels à la réparation des tissus affectés.

Médicaments en vente libre

Il existe plusieurs types d’options de médicaments en vente libre destinés à soulager les petites douleurs et raideurs, ainsi que la tuméfaction associé à l’arthrose.

Acétaminophène

L’acétaminophène (Tylenol) est un analgésique en vente libre. Il réduit la douleur mais non l’inflammation.

Anti-inflammatoires non stéroïdiens

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent permettre de combattre efficacement les douleurs et courbatures associées à l’arthrose. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ne présentent pas de risques potentiels d’hémorragie gastro-intestinale ni de douleurs stomacales, en particulier dans le cas d’un traitement à long terme.

  • Aspirine (Bayer)
  • Ibuprofène (Advil, Motrin, Nuprin)
  • Naproxène (Aleve, Naprosyn)

Médicaments topiques

De multiples crèmes et gels destinés à soulager les douleurs arthrosiques sont disponibles sur le marché. Ils peuvent contenir des principes actifs tels que le menthol (Ben Gay, Stopain) ou la capsaïcine (Capzasin, Zostrix), qui est préparée à partir de piments forts.

Médicaments délivrés sur ordonnance

Lorsque les symptômes arthrosiques s’aggravent et commencent à nuire à votre qualité de vie ou vous empêchent d’accomplir vos tâches quotidiennes, votre médecin peut vous prescrire un traitement plus fort pour vous aider à gérer la douleur et l’enflure.

Injections de cortisone

Ces injections qui contiennent un corticostéroïde réduisent les gonflements et soulagent l’inflammation et la douleur des articulations arthritiques.

Anti-inflammatoires non stéroïdiens délivrés sur ordonnance

Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) délivrés sur ordonnance jouent le même rôle que ceux en vente libre : le dosage est simplement plus élevé. Ainsi qu’indiqué précédemment, il peut arriver que les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens aient des effets secondaires indésirables. Médicaments entrant dans cette catégorie :

  • le célécoxib (Celebrex) ;
  • le piroxicam (Feldene) ;
  • l’ibuprofène et le naproxène à un dosage nécessitant une ordonnance ;

le Tramadol ;

Le Tramadol (Ultram) est un analgésique délivré sur ordonnance. Dans certains cas, le Tramadol peut entraîner moins d’effets secondaires que les AINS.

Narcotiques

Des analgésiques puissants peuvent soulager une douleur intense. Il s’agit notamment des produits suivants :

  • la codéine ;
  • la mépéridine (Demerol) ;
  • la morphine ;
  • l’oxycodone (OxyContin) ;
  • le propoxyphène (Darvon).

Injections dans le genou

L’injection d’acide hyaluronique constitue une option nouvelle pour les patients présentant une arthrose symptomatique du genou. Le traitement implique une série d’injections dans l’articulation du genou. L’expérience clinique et des études des produits disponibles, dénommés hyaluronan et hylan G-F 20, semblent indiquer des effets bénéfiques, avec des réactions indésirables minimales, chez un nombre important de patients. Il s’agit d’une technologie nouvelle qui n’est pas efficace pour tous les patients. Il semble néanmoins que la douleur ait été atténuée chez certains patients. Il s’agit d’un traitement dont l’essai peut être adapté lorsque des modifications des habitudes de vie et les thérapies médicales traditionnelles n’ont pas soulagé la douleur arthrosique du genou. Une injection peut être particulièrement utile aux patients de 60 ans et plus.

Physiothérapie

Dans certains cas, la physiothérapie peut permettre l’amélioration de la force musculaire, accroître l’amplitude de mouvement des articulations raides et réduire la douleur. Pour un régime d’exercice adapté à vos besoins et à votre pathologie, consultez un physiothérapeute. Des attelles, garnitures intérieures de chaussures et/ou appareils orthopédiques contribuent à apporter un soutien aux articulations affaiblies, à alléger la pression sur vos os endommagés et à réduire considérablement la douleur.

Chirurgie

Les cas d’arthroses les plus graves peuvent nécessiter une intervention chirurgicale pour remplacer ou réparer des articulations endommagées. Types de chirurgie utilisés pour le traitement de l’arthrose :

remplacement d’articulation ;

Une chirurgie de remplacement articulaire (ou arthroplastie), implique l’ablation de surfaces articulaires endommagées et les remplace par des prothèses en plastique ou métal. Les interventions de ce type les plus courantes sont les remplacements de la hanche et du genou, mais les articulations de l’épaule, du coude, des doigts et de la cheville peuvent également être remplacées. La durée de vie des prothèses articulaires est d’environ 20 ans, mais celle d’une articulation de remplacement dépend de la manière dont cette articulation est utilisée. Lorsqu’une intervention est nécessaire, le remplacement d’une articulation est la procédure privilégiée, en particulier pour des patients plus âgés.

Réalignement osseux

Lors d’une intervention appelée ostéotomie, un os atteint d’arthrite est réaligné pour soulager le stress sur la partie endommagée de cet os ou de l’articulation. Parce qu’un remplacement d’articulation constitue en général la procédure privilégiée, l’ostéotomie est habituellement pratiquée sur les patients arthrosiques les plus jeunes lorsque le remplacement de l’articulation n’est pas possible.

Fusion osseuse

Cette intervention, appelée arthrodèse, permet de souder les os de manière définitive, afin d’accroître la stabilité articulaire et de réduire la douleur. Malheureusement, cette intervention limite sévèrement, voire supprime, l’amplitude de mouvement de l’articulation. Dans des cas d’arthrose grave, néanmoins, elle constitue parfois le meilleur moyen d’éliminer une douleur chronique invalidante.

Chirurgie arthroscopique

Dans cette intervention, le chirurgien réduit le cartilage déchiqueté et endommagé d’une articulation. Par le passé, cette intervention était largement utilisée pour traiter l’arthrose du genou, mais de récentes études ont montré qu’elle ne permettait pas de traiter la douleur à long terme plus efficacement qu’un médicament ou une physiothérapie.

D'autres articles

Fasciite plantaire : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Comment se comporter en cas d’urgence médicale ?

Journal

Troubles du sommeil : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Défibrillateur cardioverteur implantable (DCI) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Cancer du larynx : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Syndrome de Gilles de la Tourette : définition, cause, symptômes, traitement

Irene