tigrou-sait-tout.fr
Rigidité abdominale
Sante et Beaute

Narcolepsie : définition, cause, symptômes, traitement

La narcolepsie est un trouble du système nerveux. Elle cause de la somnolence et des besoins irrésistibles de dormir. Elle est également connue sous les noms de trouble du sommeil diurne et de cataplexie. Le Center for Narcolepsy (CN) à Stanford University School of Medicine indique qu’un Américain sur 2 000 souffre de narcolepsie. La plupart des gens souffrant de narcolepsie ne sont ni diagnostiqués, ni traités. La narcolepsie n’est pas une maladie mortelle. Cependant, des accidents survenant pendant un épisode peuvent blesser ou tuer.

Les symptômes de la narcolepsie commencent habituellement entre les âges de 10 et 25 ans. Les personnes qui développent cette affection très tôt ont tendance à avoir des symptômes plus sévères.

Causes

La cause de la narcolepsie est inconnue. Cependant, les personnes qui sont narcoleptiques ont des quantités réduites d’une protéine du cerveau appelée hypocrétine. L’hypocrétine aide à réguler le cycle d’éveil et de sommeil rapide.

Certains chercheurs pensent que les niveaux d’hypocrétine peuvent être causés par une réaction du système immunitaire. Dans les maladies auto-immunes, le système immunitaire attaque des cellules en bonne santé. D’autres facteurs, tels que le stress, l’exposition à des toxines et des infections, peuvent également jouer un rôle dans la narcolepsie.

Schémas du sommeil

Schémas du sommeil

Le cycle du sommeil se compose de plusieurs stades. Au début du processus d’ensommeillement, les ondes du cerveau se ralentissent. C’est le stade du sommeil à ondes lentes (NREM). Au bout d’une heure et demie à deux heures, le sommeil rapide commence. Pendant le sommeil rapide, les ondes du cerveau s’accélèrent. Les rêves et la paralysie musculaire se produisent pendant le sommeil rapide.

Les personnes souffrant de narcolepsie peuvent s’endormir soudainement, perdre du tonus musculaire et commencer à rêver. Ceci peut se produire à n’importe quel moment de la journée, quelle que soit l’activité de la personne affectée à un tel moment. Chez les patients narcoleptiques, le sommeil rapide commence spontanément. Ils ne passent pas par l’étape du sommeil à ondes lentes. Les symptômes du sommeil rapide se présentent tous en même temps.

Symptômes

Les symptômes de la narcolepsie sont associés aux processus du sommeil rapide. Ils incluent des rêves, le passage à un état de semi-conscience et une paralysie musculaire. Les symptômes de la narcolepsie sont très variés.

Une somnolence excessive pendant la journée est habituellement le premier symptôme de la narcolepsie. Elle affecte le travail et les autres activités de la personne affectée.

Une perte soudaine de tonus musculaire, également appelée cataplexie, peut être déclenchée par des émotions intenses. Il peut s’agir d’excitation, de rire, de colère ou de peur. La fréquence de la cataplexie varie. Certaines personnes la subissent plusieurs fois par jour. D’autres ne la constatent que quelques fois par an.

Les personnes souffrant de narcolepsie peuvent également avoir des hallucinations. La raison en est que les rêves font partie du sommeil rapide. Si des rêves commencent alors que quelqu’un est partiellement éveillé, ils peuvent ressembler à la réalité. Ceci peut être très effrayant.

La paralysie du sommeil est l’incapacité de bouger ou de parler pendant que vous vous endormez ou vous réveillez. Les épisodes ne durent que quelques minutes, mais ils peuvent être très effrayants. Les jeunes adultes qui sont narcoleptiques sont les plus susceptibles de ressentir la paralysie du sommeil. La paralysie du sommeil imite la paralysie constatée pendant le sommeil rapide. Elle peut également survenir chez des personnes qui ne sont pas narcoleptiques.

La narcolepsie est aussi associée à d’autres troubles tels que l’apnée obstructive du sommeil, le syndrome des jambes sans repos et l’insomnie.

Diagnostic

Pour diagnostiquer la narcolepsie, le médecin commence par prendre connaissance des antécédents médicaux et réaliser un examen physique. Les médecins chercheront à établir des antécédents de somnolence diurne excessive et d’épisodes de perte soudaine de tonus musculaire. Un diagnostic formel pourra nécessiter une analyse du sommeil. Plusieurs tests peuvent être nécessaires pour diagnostiquer votre narcolepsie

L’Échelle de somnolence d’Epworth (ESS) est un simple questionnaire. On vous y demande comment vous pensez que vous dormiriez dans des circonstances différentes. .

L’actigraphie permet de surveiller et d’enregistrer comment et quand vous vous endormez. L’appareil utilisé lors de ce test se porte comme une montre au poignet. Il peut être utilisé avec un journal pour consigner tout ce qui concerne votre sommeil.

De multiples tests de latence du sommeil déterminent combien de temps cela vous prend pour vous endormir pendant la journée. Vous devrez faire la sieste à quatre ou cinq reprises, toutes les deux heures.

Pour le test avec un polysomnogramme, vous devrez passer la nuit dans un établissement médical. Vous serez surveillé pendant votre sommeil. Des électrodes attachées à votre crâne mesureront l’activité du cerveau. Le rythme cardiaque et les battements du cœur, les mouvements des yeux et des muscles, et la respiration seront mesurés. Ce test peut détecter l’apnée du sommeil.

Les ponctions lombaires sont une façon de recueillir du liquide céphalorachidien (LCR). Le taux d’hypocrétine du LCR est généralement bas chez les narcoleptiques. Pour ce test, une aiguille fine est introduite entre deux vertèbres lombaires. On parle également de rachicentèse.

Traitement

Il n’existe pas de guérison pour la narcolepsie. C’est un trouble chronique qui dure toute la vie. Le but du traitement est de contrôler les symptômes et d’améliorer la qualité de vie pendant la journée. Des stimulants, des changements du mode de vie et l’évitement d’activités dangereuses sont tous utilisés pour traiter ce trouble. Il existe plusieurs classes de médicaments qui sont utilisés pour traiter la narcolepsie :

  • Des stimulants tels que l’armodafinil, la dextroamphétamine (Dexedrine, DextroStat) et le méthylphénidate (Ritaline) peuvent être utilisés pour limiter la somnolence. L’armodafinil est habituellement le médicament de première intention. C’est celui dont les patients risquent le moins d’abuser.
  • Les antidépresseurs tricycliques peuvent réduire la cataplexie, la paralysie du sommeil et les hallucinations. Ces médicaments peuvent avoir des effets indésirables tels que la bouche sèche et la rétention d’urine.
  • Les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la noradrénaline (SNRI) peuvent vous aider à rester éveillé. La noradrénaline est un stimulant naturel qui fait partie du système nerveux sympathique. La prévention de la réabsorption de la noradrénaline prolonge son activité et aide le narcoleptique à ne pas s’endormir.
  • Xyrem (oxybate de sodium) peut être utilisé pour vous aider à dormir la nuit.
  • Les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (SSRI) peuvent vous aider à améliorer votre humeur.

Soins à domicile

Soins à domicile

Il peut être difficile de vivre avec la narcolepsie. Vous vous inquiétez peut-être de ce que les autres penseront de vous. Il peut être stressant d’avoir un épisode à un moment délicat. Cependant, il existe des façons de rendre votre vie plus facile et plus sûre malgré la narcolepsie.

  • Parlez de votre problème à vos enseignants ou superviseurs. Ils devraient pouvoir comprendre que si vous vous endormez, ce n’est pas simplement parce que vous êtes paresseux.
  • Sachez que certains traitements contre la narcolepsie auront pour effet que les résultats de vos tests pour des stimulants ou de vos tests de dépistage de drogues seront positifs. Parlez à votre employeur à l’avance pour prévenir tout malentendu.
  • Mangez des repas légers ou sans viande pendant la journée. Ne mangez pas lourdement avant des activités importantes.
  • Essayez de faire la sieste pendant 10 à 15 minutes.
  • Prévoyez de faire la sieste à plusieurs reprises pendant la journée. Ceci peut vous aider à éviter la somnolence diurne.
  • Évitez la nicotine et l’alcool. Ils pourraient aggraver les symptômes.
  • Faites régulièrement de l’exercice. Essayez de faire de l’exercice de quatre à cinq heures avant d’aller vous coucher. Ceci pourra vous aider à être plus reposé la nuit et à être alerte pendant la journée.
  • Certains pays peuvent imposer des restrictions à la conduite automobile pour les personnes souffrant de narcolepsie. Renseignez-vous auprès du service responsable des permis de conduire dans votre ville. Ceci pourra vous éviter de mettre la vie d’autres personnes en danger et de violer la loi le cas échéant.

D'autres articles

Syndrome de Guillain-Barré : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Comment retrouver la paix ?

Claude

Néoplasmes vaginaux (tumeurs et cancer du vagin) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Diagnostic du cancer du col utérin : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La papule : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Rééducation après un AVC : définition, cause, symptômes, traitement

Irene