tigrou-sait-tout.fr
dépendance à l'alcool
Sante et Beaute

Obtenir de l’aide pour une dépendance à l’alcool

Vaincre une dépendance n’est pas toujours chose facile. Des symptômes de manque physique jusqu’à l’attachement psychologique, le chemin vers la sobriété est jalonné d’obstacles. À certains moments, vous vous sentirez peut-être trop faible, incapable ou impuissant. Il est possible que vous rechutiez plus d’une fois. Mais une chose est sûre : Arrêter de boire sera l’un des voyages le plus importants et les plus gratifiants de votre vie.

Étapes pour surmonter la dépendance

Étape 1 : Admettez que vous avez un problème

Le fait d’admettre que votre consommation d’alcool est problématique n’est pas forcément une chose facile. La décision d’arrêter peut venir suite à des problèmes dans votre vie personnelle ou professionnelle, ou après une arrestation, un accident, ou parce qu’une personne aimée a été blessée. Ce ne sont pas les harcèlements d’un(e) conjoint(e) ou d’un(e) parent(e) ni les remarques d’amis et de collègues qui vous feront prendre la décision d’arrêter : vous seul(e) pouvez faire ce choix.

Faire face au déni

Le déni est l’un des nombreux obstacles que vous allez rencontrer sur le chemin de la conquête de votre dépendance, mais il peut s’agir du plus difficile. Chez la plupart des alcooliques, le désir de boire est tellement écrasant que l’esprit trouve des façons de rationaliser les choix : Vous vous dites que vous devez boire car sinon vous risquez d’être chassé de votre cercle social ; vous ne faites de mal à personne d’autre qu’à vous-même ; vos amis et votre famille ne comprennent pas. Pour résumer, le déni vous trouve des excuses, et en fin de compte, il aggrave le problème. Ce n’est qu’en étant honnête avec vous-même, et lorsque vous vous tiendrez responsable de votre comportement et de ses répercussions, que vous serez suffisamment direct avec vous-même pour décider qu’il est temps d’arrêter cette dépendance.

Étape 2 : Prenez des engagements

Une fois que vous avez pris la décision de vous faire aider pour votre dépendance, parlez à vos amis et aux membres de votre famille pour qu’ils puissent vous aider. Partagez ce que vous ressentez concernant votre problème d’alcoolisme et pourquoi vous avez pris la décision d’arrêter. Il est important d’être honnête avec vous-même et avec ceux qui vous entourent concernant ce que vous ressentez par rapport à cette décision. Il est important de reconnaître ces sentiments, d’admettre si vous vous sentez ambivalent à propos de la décision et de chercher un soutien.

Étape 3 : Établir des objectifs

La dépendance à l’alcool concerne tout aussi bien les comportements que vous avez établis autour de votre habitude de boire que la dépendance physique elle-même. Lorsque vous aurez éliminé les habitudes et mis en place une nouvelle routine, vous serez dans une meilleure position pour arrêter de boire. Gardez à l’esprit que vous ne pouvez pas vous débarrasser d’une dépendance d’un jour à l’autre. Vos objectifs doivent être réalistes. Si vous ne pouvez pas imaginer d’arrêter de boire complètement tout de suite, donnez-vous pour objectif de limiter votre consommation d’alcool. Par exemple, engagez-vous à boire X quantité de verres par semaine, ou de ne boire que dans les situations sociales ou le week-end. D’autres objectifs peuvent être d’éviter de boire lorsque vous êtes au restaurant, ou de décider de ne jamais boire quand vous êtes seul.

Une fois que vous avez établi ces objectifs, respectez-les, et prenez des mesures pour y parvenir. Par exemple, si vous décidez de ne plus boire pendant la semaine, il vous faudra peut-être éviter d’aller boire un verre le mardi avec vos amis du basket, ou vous pouvez décider de ne plus rejoindre vos collègues pour boire un verre le vendredi soir. Soyez honnêtes avec vous-même sur ce que vous pensez pouvoir faire et sur ce qui n’est pas possible. Imposez-vous le défi d’atteindre vos objectifs, et faites savoir aux autres que vous essayez de les atteindre de façon à ce qu’ils puissent vous soutenir aussi.

Certaines méthodes peuvent vous aider à suivre vos objectifs :

  • La tenue d’un journal de votre consommation d’alcool. Inscrivez ce que vous buvez, quand et ce que la boisson vous fait ressentir. Si une émotion particulière ou un facteur de stress vous a poussé à boire, notez aussi cette information. Au fur et à mesure que certains schémas apparaissent, vous serez en mesure de réviser vos objectifs, de vous en imposer de nouveaux ou bien de changer votre plan d’attaque.
  • Faites-vous des rappels. Vos objectifs ne doivent pas exister uniquement dans votre tête. Écrivez-les. Postez-les autour de vous de façon à avoir des rappels constants.
  • Changez votre routine. Si vous sentez que vous êtes tenté de boire, prévoyez un plan de rattrapage. Au lieu de vous verser votre boisson habituelle, buvez une boisson gazeuse ou un verre d’eau à la place. Sortez prendre l’air ou imposez-vous une tâche particulière. Donnez-vous quelque chose à faire de façon à ce que votre esprit soit occupé – ainsi que vos mains.

Étape 4 : Trouvez le programme de traitement qui vous convient

Il existe de nombreux programmes de traitement de l’alcoolisme pour les gens qui cherchent à surmonter une dépendance. Certaines personnes alcooliques choisissent de faire la route seule. D’autres peuvent avoir besoin d’un groupe de soutien, d’un programme de désintoxication, d’une thérapie ou de traitements médicamenteux. Parlez avec votre médecin des choix de traitement et des coûts impliqués, et demandez des informations sur les réseaux de soutien dans votre région.

Faire face au sevrage

Même si la dépendance à l’alcool peut être déclenchée par un traumatisme émotionnel ou par le stress, au fil du temps, votre corps devient physiquement dépendant de l’alcool. Il est possible que vous développiez une tolérance et que vous deviez boire de plus en plus pour obtenir le même effet. De ce fait, un grand nombre de personnes alcooliques connaissent des symptômes de manque une fois qu’elles ont décidé d’arrêter de boire. Les symptômes de manque incluent l’anxiété et l’agitation, des suées, des nausées, des vomissements et une augmentation de la fréquence cardiaque. Ces symptômes peuvent commencer quelques heures seulement après le dernier verre, et peuvent prendre plusieurs jours voire une semaine à disparaître. Chez certaines personnes, les symptômes de manque peuvent être potentiellement mortels. Le sevrage chez les personnes sévèrement alcooliques ou de longue date doit être effectué dans un environnement médical contrôlé pour éviter les complications graves. Veuillez contacter un(e) professionnel(e) médical(e) si vous commencez à ressentir les symptômes suivants :

  • température élevée ;
  • confusion mentale grave ;
  • hallucinations (fait de voir ou d’entendre des choses qui n’existent pas) ;
  • crise d’épilepsie.

Dans la plupart des cas, les professionnels médicaux peuvent fournir des médicaments et traitements pour vous aider à supporter le manque. Si vous effectuez le sevrage seul, il est conseillé de demander à un(e) ami(e) ou un membre de votre famille de vous aider à surveiller votre état lors de l’apparition des symptômes.

Étape 5 : Restez sobre

La sobriété est une bataille à vie. Même si vous êtes resté sobre pendant des années, des tentations peuvent survenir, et les situations stressantes peuvent vous pousser à retrouver d’anciennes habitudes. Chaque journée représente une nouvelle chance de se retrouver confronté à ses désirs anciens.

Reconnaissez les déclencheurs Grâce à une aide professionnelle, vous pourrez découvrir ce qui a motivé vos comportements alcooliques au départ. Il est possible que le fait de boire soulageait des sentiments de stress ou d’anxiété, ou vous aidait à vous sentir à l’aise et apprécié. Apprendre à reconnaître ce qui a causé vos problèmes au départ peut vous aider à reconnaître les problèmes à l’avenir.

Prenez soin de votre santé Travaillez avec un(e) professionnel(le) médical(e) ou de la santé mentale pour développer des stratégies qui vous aideront à prévenir les sautes d’humeur, combattre les envies irrésistibles et prendre davantage soin de votre santé. Apprenez à bien manger et à faire de l’exercice Votre corps a la capacité naturelle de supporter le stress et d’encourager le bien-être lorsque vous vous occupez de lui.

Trouvez de nouvelles occupations Bien que certains alcooliques repentis s’aperçoivent qu’ils/elles ne sont plus tenté(e)s de boire dans certains environnements familiers, d’autres peuvent avoir du mal. Explorez de nouvelles possibilités pour vos loisirs et vos activités, et invitez des ami(e)s qui encouragent et soutiennent votre sobriété à participer.

Continuez le traitement Vos chances de rester sobre sont supérieures si vous participez à des groupes conçus pour vous aider à réussir. Les groupes de soutien existent dans la plupart des villes, et les ressources en ligne sont également très utiles.

D'autres articles

Incontinence liée à la pression : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Rééducation après un AVC : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Maladie de l’artère carotide (ou  » artériopathie carotidienne « , autrement désignée  » sténose carotidienne « )

Irene

Traitements du lymphome : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Quelle brosse à cheveux choisir pour mon type de cheveux

administrateur

Incontinence anale (ou fécale) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene