tigrou-sait-tout.fr
Rigidité abdominale
Sante et Beaute

Rigidité abdominale : définition, cause, symptômes, traitement

La rigidité abdominale est une raideur de vos muscles stomacaux qui survient au toucher de l’abdomen. Il s’agit d’une réponse involontaire destinée à prévenir la douleur causée par une pression sur votre estomac. Ce mécanisme de protection est également appelé défense musculaire .

Ce symptôme est différent de la contraction intentionnelle des muscles de la ceinture abdominale ou de la rigidité associée à la formation d’un volume de gaz important. La défense musculaire est une réponse totalement involontaire des muscles. En d’autres termes, vous n’avez pas le moindre contrôle sur celle-ci. Il s’agit d’un signe indiquant que le corps s’efforce de se protéger contre la douleur. Il peut s’agir d’un symptôme d’une pathologie extrêmement grave, et même potentiellement mortelle.

En cas de rigidité abdominale, contactez immédiatement un médecin.

Rigidité et douleur

Rigidité et douleur

Rigidité abdominale et douleur vont souvent de pair. Toute condition à l’origine de douleur abdominale peut susciter une défense musculaire. Un trouble affectant des organes abdominaux peut être cause de douleur abdominale. L’abdomen abrite les organes suivants :

  • le foie ;
  • le pancréas ;
  • la vésicule biliaire ;
  • l’estomac ;
  • l’intestin grêle et le gros intestin ;
  • l’aorte (principale artère du corps) ;
  • la veine cave (veine principale) ;
  • les reins et l’uretère.

Les douleurs abdominales peuvent également être causées par des problèmes affectant les organes pelviens. Organes pelviens :

  • la vessie et la partie inférieure de l’uretère ;
  • l’utérus, les trompes de Fallope et les ovaires (chez les femmes) ;
  • la prostate (chez les hommes) ;
  • le rectum.

Il arrive également, bien que plus rarement, que des douleurs et une rigidité abdominale soient causées par des maladies de la partie inférieure du poumon.

Symptômes

La rigidité abdominale est une urgence médicale. Au nombre des symptômes indicateurs du degré élevé de gravité le plus élevé, susceptibles de signaler une pathologie potentiellement mortelle figurent :

  • vomissements de sang (également appelés hématémèse) ;
  • saignements rectaux ;
  • selles noires, dont l’apparence est proche de celle du goudron (associées à des saignements stomacaux ou de l’intestin grêle) ;
  • évanouissements ;
  • incapacité à manger ou boire quoi que ce soit ;
  • vomissements violents ;
  • ceinture abdominale plus importante (abdomen distendu) ;
  • un choc (tension artérielle très faible).

Autres symptômes :

  • sensibilité ;
  • nausées ;
  • jaunissement cutané (jaunisse) ;
  • perte d’appétit (anorexie) ;
  • sensation de rassasiement après l’ingestion de faibles quantités d’aliments (seuil de satiété) ;
  • incapacité à expulser des gaz par le rectum ;
  • teint pâle ;
  • diarrhées ;
  • constipation.

Causes

Le site de la douleur diffère en fonction de la localisation de l’organe à l’origine du problème. D’un point de vue médical, l’estomac peut se diviser en quatre sections appelées quadrant . Un ulcère peut par exemple être cause de douleur dans le quadrant supérieur gauche de l’abdomen où il se trouve. Les calculs biliaires peuvent être à l’origine de douleur dans le quadrant supérieur droit, car ils sont localisés dans la partie supérieure droite de l’abdomen.

Une douleur abdominale peut également se déplacer vers d’autres régions de l’abdomen. Une appendicite peut se manifester sous la forme d’une douleur localisée dans le quadrant inférieur droit avant que la douleur ne se déplace vers le nombril.

Les causes de la douleur abdominale (et de la rigidité) peuvent différer selon l’âge.

Adultes (plus courants chez les personnes âgées) :

  • abcès à l’intérieur de l’abdomen ;
  • cholécystite (inflammation de la vésicule biliaire) ;
  • cancer ;
  • occlusion intestinale ;
  • perforation intestinale, stomacale ou de la vésicule biliaire ;
  • pancréatite ;
  • traumatisme abdominal ;
  • péritonite.

Adolescents :

  • règles douloureuses (dysménorrhée) ;
  • atteinte inflammatoire pelvienne (résultant d’une infection transmise sexuellement) ;
  • kystes ovariens ;
  • grossesse (notamment extra-utérine) ;
  • péritonite (inflammation des muqueuses abdominales).

Pré-adolescents :

  • infection des voies urinaires ;
  • appendicite ;
  • ingestion de toxines (poisons).

Enfants en bas âge :

  • colique ;
  • gastroentérite (irritation digestive causée par un virus) ;
  • infection virale ;
  • sténose du pylore (rétrécissement de la sortie de l’estomac).

Appeler son médecin

Appeler son médecin

En cas de rigidité abdominale involontaire, consultez sans délai un médecin pour vous assurer qu’il s’agit seulement d’un problème bénin. Bien qu’une condition bénigne, comme un virus stomacal, puisse être à l’origine d’un mécanisme de défense musculaire, vous n’en aurez pas la certitude tant que votre médecin ne vous aura pas communiqué un diagnostic adéquat.

AddressingSymptômes

Comment gérer les symptômes

Ne tentez pas de prendre des médicaments pour atténuer la douleur avant de consulter votre médecin. Cela ne fera que modifier les caractéristiques de la douleur et rendra plus difficile le diagnostic de la pathologie par le médecin.

Il est bon que, pour vous entretenir avec votre médecin, vous sachiez :

  • quant ont débuté vos symptômes ;
  • quelles sont les qualités de la douleur (sourde, aigüe, permanente ou non, ou migrant vers une autre région) ;
  • la durée de la douleur ;
  • ce que vous faisiez lorsque la rigidité/douleur est apparue ;
  • ce qui atténue la douleur ;
  • ce qui aggrave la douleur ;
  • quels autres symptômes vous présentez et à quel moment ils ont débuté ;
  • quand vous avez mangé le plus récemment (pour le cas où une intervention chirurgicale urgente serait nécessaire).

Vos connaissances concernant ces facteurs aideront votre médecin à diagnostiquer le problème.

Diagnostic et traitement

Diagnostic et traitement

L’identification de la cause d’une rigidité abdominale passe par l’étude de vos antécédents médicaux. Un examen physique permet ordinairement de l’identifier. Votre médecin peut prescrire les tests suivants :

Analyses de sang :

  • formule sanguine (numération globulaire complète, NGC) ;
  • dosage d’électrolytes sériques (potassium, sodium, chlorure, bicarbonate) ;
  • azote uréique du sang ;
  • dosage de la créatinine (indication du fonctionnement rénal).
  • Tests de la fonction hépatique :
  • analyse d’urine ;
  • détection de sang dans les selles.

Autres tests :

  • radiographie abdominale (destinée à déterminer l’existence d’une occlusion ou perforation) ;
  • échographie abdominale (emploie des ondes sonores pour réaliser des images d’organes de l’abdomen) ;
  • tomodensitogramme abdominal (utilise des radiographies haute résolution pour obtenir des images des organes abdominaux).

Le traitement choisi par votre médecin dépendra de la cause de la rigidité abdominale. Le traitement d’une colique chez un nourrisson différera bien sûr de celui d’un cancer. Si les conditions bénignes exigent uniquement un suivi, une bonne hygiène personnelle et des antibiotiques délivrés sur ordonnance, les causes les plus graves de rigidité abdominale nécessitent des traitements plus agressifs.

En fonction de votre diagnostic, les traitements agressifs peuvent prendre la forme :

  • de fluides administrés par voie intraveineuse dans le but d’éviter la déshydratation ;
  • la mise en place d’une sonde nasogastrique (alimentaire) pour apporter à votre corps les nutriments dont il a besoin ;
  • l’administration d’antibiotiques par voie intraveineuse ;
  • une intervention chirurgicale.

Conséquences de l’absence de traitement

Conséquences de l’absence de traitement

Sans traitement, certaines causes de rigidité abdominale sont mortelles. Une infection abdominale peut entraîner l’arrivée d’une bactérie dans le sang. Il peut en résulter une chute dangereuse de la tension artérielle (choc). Une perte importante de sang peut également causer la mort. Déshydratation et déséquilibre électrolytique à la suite de vomissements prolongés peut entraîner des problèmes cardiaques, un choc ou une insuffisance rénale.

D'autres articles

Acné : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La papule : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Alcoolisme : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

L’épilepsie convulsive généralisée (crises généralisées) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Dérivation ventriculo-péritonéale : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Toxoplasmose : définition, cause, symptômes, traitement

Irene