tigrou-sait-tout.fr
Neuroblastome
Sante et Beaute

Neuroblastome : définition, cause, symptômes, traitement

Le système nerveux de l’organisme est divisé en deux parties : le système nerveux central (qui comprend le cerveau et la moelle épinière) et le système nerveux périphérique. Le système nerveux sympathique, qui fait partie du système nerveux périphérique, contrôle l’instinct de survie, le taux de certaines hormones, la digestion, la fréquence cardiaque et la tension artérielle. Il aide à transporter les messages de votre cerveau jusqu’à différentes parties de votre corps.

Le neuroblastome est un cancer qui se développe dans les tissus du système nerveux sympathique. Ce cancer est rare, et selon le Memorial Sloan-Kettering Cancer Center (MSKCC, 2012), environ 700 nouveaux cas de ce cancer sont diagnostiqués chaque année aux États-Unis.

Il est généralement diagnostiqué avant l’âge de 5 ans, et c’est le cancer le plus répandu chez les nourrissons.

Cette tumeur solide est souvent localisée dans la glande surrénale, le bassin, l’abdomen, le cou ou la poitrine. S’il progresse, il peut se propager aux os, aux ganglions lymphatiques et à la peau.

Les symptômes précoces de ce cancer ont tendance à être généralisés et non spécifiques. Ils peuvent inclure de la fièvre, une perte d’appétit, de la diarrhée et une perte de poids. Rappelez-vous que ces symptômes n’indiquent pas nécessairement un neuroblastome.

Les signes et symptômes ultérieurs dépendent de l’emplacement de la tumeur et peuvent inclure :

  • des douleurs osseuses
  • des troubles respiratoires
  • de la toux
  • un abdomen gonflé
  • le gonflement des ganglions lymphatiques
  • une transpiration excessive
  • un rythme cardiaque élevé
  • de l’hypertension
  • des troubles de la miction
  • des mouvements involontaires et incontrôlés des yeux, des pieds et des jambes
  • une perte de mouvements des hanches et des extrémités inférieures pouvant aller jusqu’à une paralysie complète
  • des troubles d’équilibrage du corps

En raison de la nature non spécifique des symptômes du neuroblastome précoce, cette maladie est déjà souvent très étendue au moment où elle est diagnostiquée. Selon le Memorial-Sloan Kettering, dans la moitié des cas, la maladie s’est déjà étendue au moment de son diagnostic (MSJCC, 2012).

Tests utilisés pour établir un diagnostic :

  • analyses de sang
  • analyses d’urine
  • biopsie de moelle osseuse
  • tomodensitométrie
  • IRM
  • scintigraphie osseuse
  • tomographie par émission de positons ou TEP
  • échographie

Une fois le neuroblastome diagnostiqué, son évolution est divisée en stades. Cela signifie qu’il est catégorisé en fonction de son emplacement d’origine et de la mesure dans laquelle il s’est étendu. Le stade du cancer détermine le traitement ; c’est pourquoi il est crucial d’établir le stade d’évolution de la maladie pour choisir le traitement approprié. L’évolution du neuroblastome comprend 4 stades :

Stade 1

La tumeur est localisée à un endroit et peut en être retirée assez facilement.

Stade 2

Lors du stade 2A, la tumeur est toujours localisée à un endroit, mais elle ne peut pas être retirée totalement pendant la chirurgie.

Dans le stade 2B, la tumeur est toujours localisée à un endroit, et elle PEUT en être retirée totalement pendant la chirurgie. Cependant, en plus de la tumeur qui peut être observée, des cellules cancéreuses sont trouvées dans les ganglions lymphatiques près de l’emplacement de la tumeur.

Stade 3

Si l’une quelconque des trois situations suivantes est avérées, le neuroblastome est défini comme étant au stade 3.

  • La tumeur ne peut pas être retirée entièrement pendant la chirurgie. De plus, elle s’est étendue d’un côté du corps à l’autre. Elle s’est peut-être étendue aux ganglions lymphatiques proches.
  • La tumeur se trouve toujours à l’endroit où elle s’est formée, et elle reste dans un côté seulement du corps. Toutefois, des cellules cancéreuses ont été trouvées dans des ganglions lymphatiques de l’autre côté du corps.
  • La tumeur est au milieu du corps, mais elle s’étend des deux côtés du corps. Ceci est la conséquence soit de la croissance de la tumeur elle-même, soit de la propagation des cellules cancéreuses à travers les ganglions lymphatiques.

Stade 4

À ce stade, la tumeur et/ou les cellules cancéreuses se sont étendues jusqu’à des parties distantes du corps, telles que les os, le foie, la peau, des ganglions lymphatiques distants ou d’autres organes.

Le stade 4S est une catégorie spéciale de neuroblastome qui se comporte de façon différente. Le neuroblastome est au stade IV lorsque les critères suivants sont satisfaits :

  • l’enfant a moins d’un an
  • le cancer est d’un côté du corps (il peut s’être étendu aux ganglions lymphatiques de ce côté, mais il ne s’est pas étendu de l’autre côté)
  • la tumeur s’est étendue au foie, à la peau et/ou à la moelle osseuse de l’enfant
  • moins de 10 % des cellules de la moelle osseuse sont cancéreuses
  • le cancer ne s’est PAS étendu aux os

Une fois les stades de l’évolution du cancer définis, les tumeurs sont regroupées en trois catégories : risque faible, risque intermédiaire et risque élevé. Les groupes de risque sont déterminés par le stade, ainsi que par l’âge du patient et l’histologie et la biologie de la tumeur. Le pronostic du neuroblastome à faible risque ou à risque intermédiaire est généralement très favorable. Il peut être difficile de guérir le neuroblastome à risque élevé.

Le traitement pour ce cancer dépend de l’âge de l’enfant et du stade d’évolution de la maladie. Traitements possibles : chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie, immunothérapie ou greffe de cellules souches. De nombreux patients auront plus d’un type de traitement. Le traitement est généralement divisé en différentes étapes et peut durer plusieurs années.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est définie comme l’utilisation de médicaments anticancéreux pour tuer la maladie. Ces médicaments sont administrés habituellement par voix intraveineuse, mais ils peuvent également être pris oralement selon le médicament particulier. Les effets secondaires peuvent inclure : perte de cheveux, aphtes buccaux, nausées et vomissements, affaiblissement du système immunitaire et fatigue. Les effets secondaires disparaissent après la fin du traitement.

Radiothérapie

La radiothérapie emploie des rayons à haute énergie pour éliminer les cellules cancéreuses. Elle est habituellement administrée par une machine qui dirige des rayons sur la zone désirée. Ce type de traitement peut causer des effets secondaires tels qu’une irritation de la peau, de la diarrhée et de la fatigue.

Immunothérapie

L’immunothérapie est également appelée thérapie biologique. Ce traitement utilise des médicaments pour stimuler le système immunitaire afin de combattre la maladie.

Thérapie à base de cellules souches

La thérapie à base de cellules souches est également appelée greffe de moelle osseuse. Après que vous aurez reçu des doses élevées de chimiothérapie et/ou de radiothérapie, des cellules souches de remplacement seront injectées dans votre sang. Ce traitement n’est pas utilisé pour tout le monde et il est typiquement réservé à des patients exposés à des risques très élevés dont les options de traitement pouvant aboutir à une guérison sont limitées.

Chaque enfant est différent, et votre médecin discutera avec vous des options de traitement possibles qui sont les meilleures pour votre enfant et pour le calendrier de traitement proposé pour celui-ci.

Selon la Children’s Neuroblastoma Cancer Foundation, le taux de survie pour les cas à risque élevé se situe entre 25 et 50 pour cent, et il existe peu de risques de rechute pour les cas à risque faible ou intermédiaire qui ont été traités avec succès (CNCF, 2012). Après la fin du traitement pour un neuroblastome, des rendez-vous de suivi seront nécessaires pour agir en cas de rechute. Les contrôles sont importants parce que le traitement contre le cancer peut causer des effets secondaires durables. Bien que le neuroblastome puisse être associé à des effets secondaires graves, ceux-ci ne se produisent pas dans tous les cas. Ces effets graves peuvent inclure des difficultés d’apprentissage, des problèmes de vision, des crises, des problèmes de développement, des troubles affectant muscles et os, et des cancers secondaires.

Discutez avec votre médecin des risques de chaque traitement particulier et de la façon dont les complications futures pourront être contrôlées, traitées ou évitées.

De nombreux hôpitaux et centres de traitement contre le cancer ont organisé des groupes de soutien pour les patients et les membres de leur famille qui sont confrontés à un neuroblastome ou à d’autres cancers. Vous trouverez peut-être ces groupes utiles pour obtenir du soutien et des informations.

D'autres articles

Morsure de tique : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Syndrome de Guillain-Barré : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Comment retrouver la paix ?

Claude

Traitements de l’arthrose : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Calculs rénaux : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Frottis du liquide cérébro-spinal : définition, cause, symptômes, traitement

Irene