tigrou-sait-tout.fr
Stéatose hépatique
Sante et Beaute

Stéatose hépatique : définition, cause, symptômes, traitement

La stéatose hépatique est un terme large décrivant l’accumulation de graisses dans le foie. La présence de graisses dans le foie est normale, mais si le taux de graisses est supérieur à 5 à 10 pour cent, il s’agit d’une stéatose hépatique.

La stéatose hépatique est une condition réversible qui généralement disparaît de soi. Il est fréquent que cette condition ne s’accompagne d’aucuns symptômes et n’entraîne aucune lésion permanente.

Le foie est le second organe le plus important du corps. Sa fonction est de traiter tous les aliments et boissons que nous consommons, ainsi que de filtrer les substances nocives dans le sang. Ce processus est entravé si l’accumulation de graisses dans le foie est trop importante. Le foie se répare ordinairement de soi en reconstruisant de nouvelles cellules hépatiques lorsque les anciennes sont endommagées. En cas de dommages répétés au foie, une cicatrisation se met en place de manière permanente. Il s’agit de la cirrhose.

La stéatose hépatique est relativement courante. Dix à 20 pour cent des Américains ont trop de graisse dans le foie, en l’absence d’inflammations ou de lésions. Dans la plupart des cas, la stéatose hépatique est détectée entre 50 et 60 ans. Si la stéatose hépatique est due à une condition sous-jacente, elle peut devenir nocive pour le foie si sa cause n’est pas reconnue ni traitée.

Symptômes

La stéatose hépatique ne s’accompagne généralement d’aucun symptôme. Certaines personnes ressentent de la fatigue ou un vague inconfort abdominal. Le volume du foie peut augmenter légèrement, ce que le médecin va repérer dans le cadre d’un bilan physique complet.

En cas d’inflammation du foie, d’autres symptômes peuvent se manifester, notamment un appétit médiocre, une perte de poids, ainsi qu’une forte sensation de faiblesse, de malaise ou de fatigue.

La cause la plus courante en est l’alcoolisme. La plupart des personnes qui consomment beaucoup d’alcool souffrent d’une stéatose hépatique. Autre causes possibles : toxines, certains médicaments, ainsi que des troubles métaboliques d’origine héréditaire. Dans de nombreux cas, les médecins ne connaissent pas vraiment les causes de la stéatose hépatique chez les personnes qui ne sont pas alcooliques. Cette pathologie a été associée à un taux de cholestérol élevé, à l’obésité, ainsi qu’au diabète de type 2.

La stéatose hépatique se développe lorsque le corps crée trop de graisses ou lorsqu’il ne parvient pas à métaboliser la graisse suffisamment vite. En conséquence, les restes sont stockés dans les cellules du foie où elles vont s’accumuler et entraîner une stéatose hépatique. La consommation d’un régime à forte teneur en graisses ne provoque pas nécessairement de stéatose hépatique.

En dehors de l’alcoolisme, la stéatose hépatique peut également être due à :

  • un syndrome métabolique ;
    • une surcharge pondérale ;
    • une résistance à l’insuline (diabète de type 2) ;
    • des taux élevés de triglycérides (graisses) dans le sang ;
  • des médicaments ;
    • l’aspirine ;
    • des stéroïdes ;
    • le tamoxifène ;
    • les tétracyclines ;
  • une grossesse ;
  • des toxines ;
  • un virus (hépatite A, etc.).

Types

Il existe quatre types de stéatose hépatique :

la stéatose hépatique non-alcoolique ;

La stéatose hépatique se développe lorsque le foie a du mal à assimiler les graisses, ce qui entraîne leur accumulation dans les tissus hépatiques. La cause est sans rapport avec l’alcool. La stéatose hépatique non-alcoolique est diagnostiquée si plus de 10 pour cent du foie est constitué de graisses.

Stéatose hépatique alcoolique

La stéatose hépatique alcoolique est la première phase de la pathologie hépatique liée à l’alcool. Le foie est endommagé par une forte consommation d’alcool. Il ne parvient plus à décomposer les graisses. Si le patient s’abstient de consommer de l’alcool, la stéatose hépatique disparaît. Dans un délai de six semaines suivant l’arrêt de la consommation d’alcool, la graisse disparaît. Cependant, si la consommation excessive d’alcool se poursuit, il peut en résulter une cirrhose.

Stéatohépatite non-alcoolique (Nonalcoholic Steatohepatitis, NASH)

Si les graisses s’accumulent suffisamment, il en résulte une augmentation du volume du foie. Si la cause initiale n’est pas liée à l’alcool, il s’agit de NASH. Cette pathologie peut nuire aux fonctions hépatiques. Cette pathologie s’accompagne de symptômes : perte d’appétit, nausées, vomissements, douleur abdominale et jaunissement cutané. En l’absence de traitement, la NASH peut progresser jusqu’à entraîner une cicatrisation permanente du foie, ainsi qu’une insuffisance hépatique éventuelle.

Stéatose hépatique aigüe pendant une grossesse

Il s’agit d’une complication rare de la grossesse qui peut s’avérer mettre en danger la vie de la patiente et de l’enfant à naître. Les symptômes commencent au cours du troisième trimestre. Ils incluent une nausée et des vomissements persistants, ainsi que des douleurs dans la partie droite de l’abdomen, une jaunisse, ainsi qu’un malaise généralisé. Les femmes enceintes font l’objet d’un dépistage de cette condition. La plupart des femmes constatent une amélioration après l’accouchement. Il n’y a pas d’effets à long terme.

Risques

La stéatose hépatique étant une accumulation supplémentaire de graisses dans le foie, elle est plus susceptible de se développer en cas de surcharge pondérale ou d’obésité.

Autres facteurs prédisposant à la stéatose hépatique :

  • l’abus d’alcool (une consommation excessive de boissons alcoolisées peut entraîner des lésions hépatiques) ;
  • une consommation excessive de médicaments en vente libre en pharmacie (par exemple en dépassant les doses recommandées pour certains médicaments tels que l’acétaminophène (paracétamol) peut entraîner un risque de stéatose hépatique) ;
  • le diabète de type 2 (l’accumulation de graisses dans le foie a été associée à une résistance à l’insuline, qui est la cause la plus courante de diabète de type 2) ;
  • grossesse ;
  • taux de cholestérol élevé ;
  • taux élevés de triglycérides ;
  • malnutrition ;
  • syndrome métabolique.

Diagnostic

En cas d’inflammation du foie, votre médecin sera en mesure de le détecter à partir d’un examen de l’abdomen. Un examen poussé des antécédents pourra faire apparaître de la lassitude ou une perte d’appétit. Cet examen détaillé inclura un questionnement sur l’abus d’alcool, ainsi que sur la prise éventuelle de médicaments ou autres suppléments vitaminiques.

Analyses de sang

Un taux d’enzymes hépatiques plus élevés que la normale sera éventuellement constaté lors d’une analyse de sang ordinaire. Cette démarche ne permet pas de confirmer une stéatose hépatique. Des analyses plus poussées permettront de rechercher la cause de l’inflammation.

Échographie

La présence de graisse sur le foie apparaît comme une zone blanche sur l’image. D’autres études d’imagerie peuvent également être effectuées, par exemple un tomodensitogramme ou une IRM. Les études d’imagerie permettent de détecter la présence de graisse dans le foie, sans pour autant confirmer d’autres lésions.

Biopsie du foie

Une aiguille est insérée dans le foie afin d’en prélever un segment de tissu pour examen (après administration d’un anesthésique local destiné à réduire la douleur). C’est la seule manière de déterminer de manière certaine s’il s’agit d’une stéatose hépatique. La biopsie va également permettre aux médecins de déterminer la cause exacte de cette condition.

Traitement

Le traitement s’attache aux divers facteurs à l’origine de la maladie. Les interventions courantes sont centrées autour des démarches suivantes :

  • traitement de l’alcoolisme ;
  • prise en charge du cholestérol ;
  • perte de poids ;
  • contrôle de la glycémie.

Pour réduire le risque de stéatose hépatique, il est conseillé d’effectuer des choix de style de vie sains, par exemple :

  • limiter ou éviter la consommation d’alcool ;
  • adopter une alimentation saine et équilibrée ;
  • maintenir un poids sain.

Long terme

La plupart des cas de stéatose hépatique ne présentent pas de risque réel et ne conduisent à aucune maladie hépatique progressive. Si la cause en est liée à un taux élevé de cholestérol, à du diabète, ou à de l’obésité, le fait de traiter la cause va permettre d’inverser la progression de la stéatose hépatique.

Si la cause en est liée à l’alcoolisme, l’arrêt de la consommation d’alcool va permettre au foie de se rétablir complètement. La biopsie permettra de déterminer si les lésions sont permanentes, leur degré de gravité, ainsi que la nécessité d’un traitement.

D'autres articles

Quelles sont les meilleures techniques pour une greffe de cheveux ?

administrateur

Démence vasculaire/infarctus cérébral : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Quelle brosse à cheveux choisir pour mon type de cheveux

administrateur

Sécheresse oculaire : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Remplacement de l’articulation du genou : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Œsophagite : définition, cause, symptômes, traitement

Irene